Lamia El Aaraje, une « insoumise » à l’accord de la NUPES

« On peut choisir la gauche qu’on aime ! » c’est le cri du cœur lancé par Lamia El Aaraje aux habitants de la XVème circonscription de Paris. Sa candidature a été sacrifiée sur l’autel de la NUPES (Nouvelle Union Populaire Ecologiste et Sociale) et de l’accord entre le PS, EELV et LFI. Elue en 2021, lors d’une élection partielle face à l’insoumise Danielle Simonet, c’est pourtant cette dernière qui a été désignée candidate unique de la gauche dans le XXème arrondissement.

Pour les Insoumis le scrutin de 2020, annulé par le Conseil Constitutionnel alors qu’un candidat s’était revendiqué de l’étiquette « En Marche » sans l’accord du parti, ne faisait pas de Lamia El Aaraje une députée sortante.

Une injustice pour la Fédération PS de Paris qui a décidé de maintenir son soutien à l’éphémère députée. 

Des soutiens de poids

Pour la candidate dissidente qui déclare avoir « continué à agir même après la décision du Conseil Constitutionnel » la gauche doit avant tout incarner une République laïque et sociale. Un point de vue partagé par l’ancien Premier Ministre, Bernard Cazeneuve qui est venu lui apporter son soutien lors d’une réunion publique : « J’ai vu en Lamia une militante de l’espérance, une grande républicaine, sans narcissisme et sans arrivisme ! » . Elle a reçu également les encouragements d’un ancien candidat à la Présidentielle et figure du parti, Lionel Jospin.

Programmes, sondages… : les incertitudes qui planent

Mais ces soutiens suffiront-ils à assurer sa réélection ? Elue en 2021 avec 57% des voix mais avec une abstention record, la candidate soutenue par le PS pourrait être mise en difficulté par la dynamique nationale autour de la NUPES.

Et en cas d’élection quel programme appliquera t-elle ? Dans quel groupe pourra t-elle siéger ? Toutes ces questions nous les lui avons posées !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :