Pour Sarah El Haïry « Face à la crise, il n’y a pas de solutions magiques »

Les jeunes, étudiants ou sans activité, font face à une crise sans précédent. Aujourd’hui le gouvernement et la Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale, Sarah El Haïry, répond à vos questions. Alors que l’État a mis en place trois mesures phares : le site 1 jeune 1 solution, les repas à 1€ et un Service Civique étendu, beaucoup estiment aujourd’hui ces mesures insuffisantes. Est-ce réellement le cas ? 

Interview disponible en intégralité ici :

Quelles sont les solutions concrètes pour faire face à la crise ? 

Pour l’instant le gouvernement a apporté des réponses au cas par cas car « Il n’y a pas de solutions magiques ». Depuis Mars 2020 c’est près de 7 milliards d’investissements mis sur la garantie jeune (qui vient en aide aux jeunes sans solutions de formations ou sans activité).

Le gouvernement a apporté aussi des réponses aux étudiants qui vivent l’isolement, la fatigue, le ras-le-bol et les difficultés financières avec la réévaluation des bourses et l’augmentation du fonds d’urgence exceptionnel ainsi que les repas à 1€ pour tous ceux qui en ont besoin dans les Restos U. De plus, durant la pandémie, près de 1,2M de jobs ont été créés et près de 245000 Service Civique (dont les modalités horaires ont été adaptées récemment)

« Dire que le seul problème de la jeunesse c’est la question du RSA, on se trompe ! C’est d’une certaine manière vouloir se débarrasser du problème » 

Concernant le RSA ouvert au jeune ou un revenu de 500€ pour faire face à la crise, Sarah El Haïry avance que le développement de la garantie jeune et la réévaluation des bourses pour les étudiants répondent à ce problème. Le gouvernement préfère, en effet, apporter des réponses multiples à cette crise, tout en précisant que « Le plus important c’est que chaque jeune (ndrl) ait une réponse »

Mais la multiplication des initiatives étudiantes et des entreprises privées ne montrent-elles pas la défaillance de l’Etat ?

Alors que ces files d’étudiants attendant une distribution alimentaire ont choqué à Paris, beaucoup aujourd’hui pointent les carences de l’Etat. La Secrétaire d’Etat en charge de l’engagement met, au contraire, en avant ces initiatives : « Je crois en une chose : c’est la convergence des énergies » et selon elle, c’est justement cette crise qui nous a amenés à créer beaucoup de dispositifs. Actuellement, près d’1 jeune sur 2 ne connaitrait pas ce à quoi il a droit. 

 « Ces files ne sont pas acceptables, nous sommes la France »

En effet le gouvernement met en avant l’élan de solidarité pour répondre à cette crise entre tous (entreprises, jeunes…). Pour Sarah El Haïry « il faut faire preuve d’intelligence collective. »

Mais si les jeunes ne sont pas au fait de leurs droits, cela peut-il dire que le gouvernement n’arrive pas à dialoguer avec les jeunes ? 

Alors que pour beaucoup l’invitation à l’Élysée d’influenceurs comme Enjoy Phoenix a été vue comme un mauvais signal, la Secrétaire d’Etat défend l’idée et qu’il faut démultiplier les canaux, parler à tous ceux qui peuvent présenter des solutions pour les jeunes. Même si toutes les semaines je suis sur le terrain avec des jeunes »Enfin, La Secrétaire d’Etat reconnaît que les solutions apportées ne sont pas « parfaites » mais que le gouvernement peut les améliorer et qu’aujourd’hui il « accepte la critique »

Propos recueillis par Josselin HAZO