#VendrediLecture : Immersion dans la tête d’un lanceur d’alerte

Au cours du mois de Septembre dernier, le lanceur d’alerte iconique Edward Snowden publiait aux éditions du Seuil son ouvrage autobiographique, décrivant sa vie, mais également les raisons qui l’ont poussé à passer à l’acte. Cette semaine dans Vendredi Lecture, critique de Mémoires Vives, d’Edward Snowden.

Qui est Snowden ?

Pour les personnes s’intéressant peu à ce type d’affaires, ou bien même qui auraient besoin d’une simple piqûre de rappel, Edward Snowden est l’homme à l’origine d’une des plus, voire la plus, grande fuite d’informations confidentielles de ce début de millénaire. Pour replacer le contexte, nous nous situons 12 ans après les attentats du 11 septembre, justifications officielles de la mise en place par les États-Unis de systèmes de surveillance particulièrement intrusifs sur l’Internet mondial, quand ce contractuel travaillant à la NSA (le renseignement extérieur de son pays) transmet à quelques journalistes les centaines de documents prouvant, pour paraphraser une formule devenue célèbre, que nous sommes tous sur écoute, liés ou non à des réseaux terroristes.

De quoi ça parle ?

Loin d’être un ouvrage technique, ou révélant de nouveaux secrets d’État encore inconnus du grand public, le lanceur d’alerte s’ouvre au lecteur, et s’exprime à cœur ouvert à qui voudra bien l’écouter, ou, dans le cas présent, le lire. Des anecdotes de son enfance jusqu’à l’annulation de son passeport, en passant par ses expériences professionnelles, ce livre nous plonge non pas dans son intimité, car il n’a de cesse, depuis ses révélations, de faire en sorte que l’on s’intéresse à ce qu’il a à dire plutôt qu’à sa personne, mais plutôt dans les coins et recoins de sa réflexion personnelle, pour comprendre la mentalité du personnage. Et c’est d’ailleurs là l’objectif assumé de ce livre, faire comprendre au plus grand nombre les motivations de son acte. En effet, si de notre côté de l’océan de nombreuses personnes le remercient pour son action, la situation est loin d’être la même outre-Atlantique. La faute, selon lui, à des campagnes de désinformation visant à le discréditer (capacités personnelles, collusions avec la Chine ou la Russie…)

Quelles étaient donc les finalités de ses révélations ?

Établissant presque d’entrée de jeu une distinction entre les lanceurs d’alerte agissant par opportunisme et ceux agissant pour l’intérêt collectif, Snowden se range de lui-même dans cette seconde catégorie. Loin de servir tout intérêt politique, ces révélations sont justement une manière pour lui de rappeler à l’État américain la Constitution à l’origine de son pouvoir, et le droit à la vie privée. Se targuant d’en connaître par cœur son préambule, il explique en effet une partie de sa décision par la violation caractérisée par l’agence, et tout le système l’employant, de ce texte fondamental (notamment du fait de l’absence de la moindre présomption sérieuse pour procéder à la collecte d’informations, ou plutôt la possession d’un mandat « contre n’importe qui »). Explicitement, Snowden nous explique que, sous couvert de lutte contre le terrorisme, les États-Unis poursuivent en réalité d’autres sortes de buts en procédant à cette collecte massive.

On notera de plus quelques réflexions très intéressantes, notamment sur le sens à donner à l’expression « faire fuiter », sur le concept même de droit à la vie privée, ou encore des précisions quant à une de ses citations les plus célèbres, qui peut se résumer en « Dire que l’on renonce au droit à la vie privée car on n’a rien à cacher revient à dire que l’on renonce à la liberté d’expression car on n’a rien à dire ».

Ulysse Meyer

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s