Infox le mag : LREM et les fakes aux Européennes

Cette semaine, au programme dans Infox le mag, un zoom sur une demande du parti en tête des sondages pour les élections européennes du 26 mai prochain, La République En Marche, qui vise le sujet de ces chroniques, les fake news.

Qu’à demandé LREM ?

Cette requête tient en quelques mots : le parti à tout simplement demandé aux trois chaînes de TV organisant les derniers débats de ces élections de mettre en place ce qu’ils nomment des « dispositifs anti-fake news » au cours de ces débats. Les trois chaînes concernées sont LCI, France 2, et enfin BFMTV. L’annonce à été faite par le numéro 2 de liste Renaissance, Pascal Canfin, dimanche dernier, pendant le « Grand Rendez-Vous » d’Europe 1.

En quoi ce dispositif consistera ?

Si il est mis en place, le système risque de fonctionner de manière aussi simple qu’efficace. En effet, au moins 3 journalistes devront être mobilisés au cours de ces débats, afin de vérifier en direct si les dires des candidats sont véridiques ou non. Si leurs propos ressemblent fortement à une infox, le moyen pour en avertir les téléspectateurs qui à été retenu est tout simplement de faire apparaître un bandeau sur l’écran des télévisions du public.

Pourquoi vouloir ce système ?

La raison la plus évidente est celle invoquée par le parti LREM pour s’expliquer. Il s’agit de préserver l’intérêt même de ces débats, de faire en sorte qu’ils soient le plus démocratiques possibles, qu’ils reposent sur des faits incontestables, et non sur les dires fantaisistes ou orientés de tel ou tel candidat. Mais un parti en particulier semble visé par LREM. Le Rassemblement National (RN), qui le talonne dans les sondages, et le dépasse même dans certains. Si le parti est fortement critiqué pour son utilisation abusive de ces moyens d’influence, on peut également voir cette manœuvre comme une nouvelle attaque de LREM, s’inscrivant dans la stratégie du parti de discréditer le parti de Marine Le Pen, et de tenter d’empêcher une victoire de ce dernier aux européennes. Cependant, quelques plaisantins se sont amusés à retourner cette idée de dispositif anti-fake news contre son instigateur, en regroupant les fakes news diffusées par le parti d’Emmanuel Macron au cours des derniers mois.

Que conclure de cette initiative ?

Impossible de nier que cette idée est excellente. L’abondance d’exagérations sur les chiffres, sur les faits, au cours des débats électoraux, et même dans le monde politique en général, nuit fortement à sa popularité et sur sa capacité à inspirer confiance aux citoyens. Ce dispositif pourrait, s’il ne réglait pas entièrement le problème, au moins le limiter, voire l’annihiler le temps de ce débat.

Ulysse Meyer

Crédit image : WordPress

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s