POPUP : LE CHÂTEAU DE CAGLIOSTRO

Le Château de Cagliostro, premier film en tant que réalisateur de Hayao Miyazaki et sorti le 15 décembre1979, est diffusé pour la première fois dans nos salles obscures françaises depuis le 23 janvier 2019. La cause de ce si grand écartentre les deux sorties est un problème de droits d’auteur. En effet,Lupin III, la série animée dont est tiré le film, a pourpersonnage principal le petit-fils d’Arsène Lupin, le célèbregentleman-cambrioleur de Maurice Leblanc. L’accord passé avec lesayants-droits du personnage d’Arsène Lupin faisait en sorte queLupin III ne pouvait porter le nom de Lupin qu’au Japon. Le Châteaude Cagliostro eut donc le droit à plusieurs adaptations françaises,dans lesquelles le héros fut renommé tantôt Edgar, tantôt Vidock,voire même Wolf, le même nom que dans la version anglophone. ArsèneLupin étant passé dans le domaine public, le film original dans saversion japonaise pouvait enfin sortir au cinéma en France.

On retrouve bien la patte de Miyazakidans ce Château de Cagliostro. La nature, un des thèmes principaux du cinéma de Miyazaki, est présente et bien sûr idéalisée dansde charmants décors montagnards et champêtres. Cagliostro,principauté imaginaire située quelque part entre la France etl’Italie, représente une Europe fantasmée, ou du moins aux traits caractéristiques amplifiées. On pense surtout au château enlui-même : immense et massif, il est une comme une version augmentée d’un château de la Loire. Le lieu est iconique etparfaitement utilisé dans les diverses scènes d’action du film.L’action, servie par une superbe animation, est très réussie, avec beaucoup d’humour visuel, et une grande utilisation de la verticalité. On pense par exemple à cette très belle scène de volen avion au dessus du château. Pour ce qui est de l’animation, onnote un travail sur le mouvement très intérressant. Certaines scènes proposent des mouvements qui défient les lois de la physique, comme dans les scènes à l’humour visuel très« cartoon », mais certains mouvements plus subtils sontd’un grand réalisme, comme quand Lupin brise la vitre de sa voiture pendant la course poursuite du début du film. Cette course poursuite est d’ailleurs l’un des meilleurs moments du film, très dynamique,utilisant elle aussi la verticalité (la voiture de Lupin peut roulersur les pentes les plus raides à la manière des chevaux dansSkyrim) et proposant une physique réaliste des véhicules.

Dynamique, beau et enfantin (sans être infantile) Le Château de Cagliostro est un film d’aventure charmant, une sorte de Tintin chez Heidi à la sauce Miyazaki. Le scénario est simple, avec parfois de légères incohérences, mais l’intérêt principal du film n’est pas là. C’est un film d’action plein d’entrain dans des paysages naturels européens idéalisés aux couleurs estivales. Ce premier film de Miyazaki est une étape très importante de son travail, un film pré-Ghibli qui annonce la saveur des prochains chefs-d’oeuvres du maître.

Artus Le Marrec

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s