INFOX LE MAG : L’étude qui tord le cou aux préjugés !

Comment passer à côté, en ce mardi 15 janvier, les conclusions surprenantes d’une étude menée par des chercheurs américains sur les infox ?

Mais qu’est ce donc que cette étude ?

Publiée récemment dans la revue scientifique « Science Advances », les chercheurs ayant produit cette étude ont passé au crible de nombreux comptes Facebook actifs pendant la campagne américaine de 2016, en fonction du nombre de liens partagés (qu’ils renvoient vers une fake news ou non), du nombre d’infox relayées, de leur classe d’âge, de leurs nombres de posts sur Facebook, de leur appartenance politique, mais aussi de leur « placement idéologique » (modéré, progressiste, conservateur…). Les conclusions de cette étude sont surprenantes.

Relaye-t-on plus ou moins d’infox en fonction de son âge ?

Une des conclusions qui a le plus fait le tour d’Internet est celle de la propension à partager des infox en fonction de l’âge.

img_5118

En effet, la moyenne du nombre de fake news change énormément selon que l’on soit jeune adulte ou retraité. L’écart est même stupéfiant. Prenons la classe d’âge la plus « jeune », les 18-29 ans. La moyenne du nombre de fake news relayées est de moins de 0,05 %. Pour nos lecteurs s’intéressant à la statistique, le 1er quartile est égal à 0 % (ce qui signifie qu’au moins un quart des comptes appartenant à des personnes ayant entre 18 et 29 ans n’ont relayé aucune infox !). Les conclusions sont un peu moins optimistes au fur et à mesure que l’âge augmente. Les 30-44 ans s’en tirent avec environ 0,2 infox en moyenne par personne étudiée, environ 0,3 pour les 45-65 ans. Enfin, le résultat pour la classe « Plus de 65 ans » sont édifiants. Avec environ 0,75 infox en moyenne par personne, le 3ème quartile passant largement au-dessus de la barre symbolique d’une infox partagée en moyenne. Ce dernier résultat est inquiétant. Certains tirent comme conclusion de cette étude que la vieillesse provoque une crédulité accrue aux infox. Attention ! Rien ne le prouve ! Le lien de cause à effet n’est pas mis en évidence dans cette analyse. Prenons un exemple. En France, nous mangeons plus d’escargots qu’au Chili. L’espérance de vie à la naissance est plus en France qu’au Chili. Pouvons nous en conclure que manger des escargots permet de vivre plus longtemps. Cet exemple, un peu malheureux certes, me permet cependant, par la caricature, d’expliquer un concept malheureusement peu utilisé. Cet écart peut (simple supposition) être tout simplement dû au fait que les nouvelles générations soient plus formées aux dangers des réseaux sociaux que nos aînés.

Quelle est la propension des personnes à relayer des infox ?

Autre conclusion intéressante à surligner de cette étude, celle mettant en évidence le nombre de personnes ayant relayé des fausses nouvelles.

img_5119

Sur les 1091 personnes étudiées, 1090 n’ont relayé aucune fake news sur la période étudiée, soit 91,5 % (!) des comptes. 5,3 % n’ont relayé qu’une infox, et ainsi de suite. Autre information, celle nous apprenant que les personnes relayant plus d’une dizaine de fake news représentent moins de 0,01 % des comptes (Seulement 4 sur 1091 ont partagé entre 11 et 50 infox). Les utilisateurs de Facebook semblent donc être bien plus vigilants que ce que l’on pourrait penser.

Rendez-vous la semaine prochaine, ou nous étudierons en détail les autres résultats de cette étude, et reprendrons par la même occasion le format « Infox l’actu. »

Ulysse Meyer

Crédit image : WordPress

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s